Histoire de l’éducation populaire

C’est au XVIIIème siècle, à l’époque des Lumières que l’on fait communément remonter l’origine de l’idée d’une « éducation populaire ». Dans un contexte de lutte contre l’obscurantisme et l’emprise de l’Église catholique en France, se diffuse l’idée de la nécessité d’une éducation de toutes et tous, et, en l’occurrence, du peuple, par le peuple, pour le peuple. Ce sont les prémices de l’idée d’éducation d’action directe.

Lire la suite qui est un excellent résumé

Yakamédia, la médiathèque en ligne

Yakamédia c’est quoi ?

Une immense médiathèque de ressources pédagogiques destinée aux animateurs et animatrices volontaires et professionnels, elle s’adresse aussi à tous les éducateurs et à tous les acteurs du monde de l’animation et de l’éducation, champ social intéressés par l’approche de l’éducation nouvelle.

Yaka’ parce que les Ceméa sont un mouvement d’idées et de réflexions sur les enjeux sociétaux faisant lien entre les recherches éducatives et sociales et les pratiques de terrain.

Voir l’article et les références

Droits des enfants : les services de proximité sont sinistrés ! Danger

Comment ne pas être a priori inquiet en relevant que depuis quatre ans le nombre d’enfants accueillis physiquement par l’Aide sociale à l’enfance a augmenté de presque 20 % passant 140 000 à 170 000? Le flux croissant de mineurs étrangers non accompagnés n’explique pas tout.

Comment rester indifférent devant le fait que le nombre de mineurs incarcérés ait singulièrement non augmenté passant de 700 en moyenne au 1er du mois à plus de 800 ? Là encore les mineurs étrangers accompagnés n’expliquent pas tout, loin de là.

Lire l’article

Seuls 5% des enfants pauvres vont à la crèche: le Plan Macron changera-t-il la donne?

À 4 ans, un enfant pauvre a entendu en moyenne 30 millions de mots en moins qu’un enfant de famille aisée[i]. Mais seuls 5% des enfants pauvres ont la crèche comme mode de garde principal[ii]. On comprend pourquoi Emmanuel Macron a tant mis en avant la petite enfance dans le Plan pauvreté annoncé le 13 septembre[iii] : c’est avant l’âge de 3 ans que nous pouvons le mieux prévenir la pauvreté des futurs adultes.

Voir l’article