Facebook : une mère risque une amende de 10 000 € si elle n’arrête pas de publier des photos de son fils

La mésaventure vécue par cette mère de famille en Italie devrait vous faire réfléchir à deux fois avant de publier des photos de vos enfants sur les réseaux sociaux, surtout sur Facebook. Après avoir publié régulièrement des photos de son fils de 16 ans contre son gré, la mère de famille aurait pris le risque d’avoir une amende de 10 000 euros.

Voir l’article sur le droit à l’image

Violenter un enfant, c’est le marquer pour longtemps

Parce que… Crier, frapper, faire du chantage, pincer, gifler, tirer les cheveux ou les oreilles, humilier, donner une fessée, punir, priver, minimiser ses émotions, insulter… c’est marquer son enfant pour longtemps.

Parce que les violences éducatives sont encore majoritairement considérées comme légitimes par les Français, alors que les preuves scientifiques des répercussions médicales et sociales de ces violences s’accumulent…

Lire la suite

Enfants et ados face aux écrans : quels risques ?

65% des Français de plus de 12 ans disposent au moins d’un ordinateur et d’un smartphone à domicile, et 36% sont également équipés d’une tablette. Sans compter la télévision, encore omniprésente dans les foyers. Ces chiffres, issus du Baromètre du Numérique 2017 (1) illustrent l’importance du phénomène écrans, et interrogent l’exposition des plus jeunes aux nouveaux univers connectés. Santé, apprentissage, lien social, rapport à la réalité et à l’information : quels risques les écrans font-ils courir à nos enfants ?

Voir la suite

La fessée est interdite dans 51 pays… mais pas en France !

La Suède a été le premier État à légiférer contre les châtiments corporels sur les enfants, désormais interdits dans la majorité des pays d’Europe. En France, la mesure a été censurée par le Conseil constitutionnel.

Voir aussi :
Un article de Daniel Delanoë paru dans la revue l’Autre en 2015 « Les châtiments corporels de l’enfant, une forme élémentaire de la domination« 

Un article de Catherine Malval paru en décembre 2016 dans Libération « A partir de 2017, on ne fesse plus« 

Conseil de l’Europe, Assemblée parlementaire. Recommandation 1666. Interdire le châtiment corporel des enfants en Europe ; 2004.

Conseil de l’Europe. Commissaire aux droits de l’homme. Les enfants et les châtiments corporels : « le droit à l’intégrité physique est aussi un droit de l’enfant » ; 2009.

ONU. Convention Internationale des Droits de l’Enfant. 1989.

Rythmes scolaires : L’ORTEJ et l’argumentaire de JM Blanquer

Selon l’Ortej (Observatoire des Rythmes et des Temps de vie des Enfants et des Jeunes), « Les études démontrent le non fondé de la semaine de 4 jours ». Pour François Testu, président de l’ORTEJ, qui tenait colloque le 27 novembre, il n’y a pas de débat sur la nocivité du retour à la semaine de 4 jours, particulièrement pour les enfants des familles défavorisées. Pourtant JM Blanquer avance qu’il n’y a pas d’études prouvant la supériorité de la semaine de 4 jours et demi sur celle de 4 jours, voire que des études affirment que la seconde est supérieure en terme de réussite scolaire à la première.  D’où le ministre tire-t-il  cela ? Doit-il revoir son argumentaire ?

Lire l’article entier et argumenté