Droits des enfants de 0 à 6 ans : le Défenseur des droits recommande

À l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, et son adjointe, la Défenseure des enfants, Geneviève Avenard, rendent public leur rapport annuel consacré aux droits des enfants : « De la naissance à 6 ans : au commencement des droits » .

L’objectif de ce rapport est d’analyser la manière dont les droits des tout petits sont appréhendés et effectivement mis en œuvre, au plan individuel et collectif. Comment la société s’organise-t-elle pour garantir les droits de ces tout petits enfants ? Quelle est la place qui leur est réellement faite dans les politiques publiques et par les institutions ? Comment leurs droits sont-ils ou non défendus et soutenus ?

Voir l’article et le rapport

Projet d’éducation des enfants et des jeunes au(x) droit(s)

Le droit est indispensable au fonctionnement de notre société. Il remplit en effet des fonctions essentielles : il structure et rend possible la vie en société, il fonde et encadre l’action des pouvoirs publics, il traduit et protège les valeurs collectives, il délimite les droits et devoirs de chacun, il permet encore une résolution pacifique des conflits, au besoin par l’appel au juge. Parce que toute personne est confrontée à l’omniprésence des règles juridiques dans les différents aspects de sa vie quotidienne, l’approche par le droit peut offrir une perception concrète de la manière dont s’opèrent et se régulent les rapports sociaux dans une société non régie par la force.

Le projet Educadroit

Dessine-moi une colombe : l’éducation comme arme de paix

L’éducation peut-elle encore jouer un rôle pour lutter contre les peurs et le repli sur soi ? Pour Solidarité Laïque, le rôle de l’éducation est fondamental dans le maintien de la paix et la construction d’une société solidaire.

Dans un contexte d’amenuisement de la solidarité internationale, de recul des espaces démocratiques et de rejet de l’autre et du migrant, bouc émissaire du 21ème siècle, paradoxalement ce siècle n’a jamais autant donné de tribunes de paix : journée mondiale de la paix célébrant les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’Homme ; 11 novembre, centenaire de l’armistice de 1918. Deux Objectifs de développement durable y sont directement dédiés puisque les ODD 17 et 16 traitent de questions relatives à l’établissement et au maintien de la paix, à la protection des droits de l’Homme et au droit international humanitaire.

Pourtant à l’universalisme de cette valeur à laquelle beaucoup de discours restent attachés, s’opposent des discours identitaires ou sécuritaires où la paix perd de sa valeur inconditionnelle et suprême pour répondre à des exigences d’ordre public ou de souveraineté nationale. Aujourd’hui la violence et les fanatismes sont des enjeux devenus communs et les enfants sont les plus vulnérables face à ces messages de haine. Face à ces menaces, c’est un devoir d’offrir notamment aux plus jeunes, les compétences pour s’armer de bienveillance et se construire un futur apaisé et confiant.

Voir l’article complet

« Des jeunesses engagées », quand la caméra filme l’implication de quatre jeunes pour leurs quartiers

Dans le film documentaire Des jeunesses engagées, quatre jeunes vivant en banlieue parisiennes racontent face caméra leurs parcours, leurs actions et leurs motivations. Déterminés, ils ont décidé de s’engager avec peu ou pas de moyens, en s’appuyant sur les solidarités de quartier : Aboubakar Sakanoko a créé une radio locale pour donner la parole aux habitants des quartiers populaires, Khalissa Houicha organise des maraudes dans Paris, l’association Nuage de Bakary Soukouna veut créer du lien et faciliter l’insertion professionnelle des jeunes, tandis qu’Abdellah Boudour propose une « dictée des cités » dans plusieurs quartiers populaires. Autant de projets que Camille Clavel, le réalisateur, nous invite à rencontrer pendant 52 minutes.

Voir la suite de l’article