Dessine-moi une colombe : l’éducation comme arme de paix

L’éducation peut-elle encore jouer un rôle pour lutter contre les peurs et le repli sur soi ? Pour Solidarité Laïque, le rôle de l’éducation est fondamental dans le maintien de la paix et la construction d’une société solidaire.

Dans un contexte d’amenuisement de la solidarité internationale, de recul des espaces démocratiques et de rejet de l’autre et du migrant, bouc émissaire du 21ème siècle, paradoxalement ce siècle n’a jamais autant donné de tribunes de paix : journée mondiale de la paix célébrant les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’Homme ; 11 novembre, centenaire de l’armistice de 1918. Deux Objectifs de développement durable y sont directement dédiés puisque les ODD 17 et 16 traitent de questions relatives à l’établissement et au maintien de la paix, à la protection des droits de l’Homme et au droit international humanitaire.

Pourtant à l’universalisme de cette valeur à laquelle beaucoup de discours restent attachés, s’opposent des discours identitaires ou sécuritaires où la paix perd de sa valeur inconditionnelle et suprême pour répondre à des exigences d’ordre public ou de souveraineté nationale. Aujourd’hui la violence et les fanatismes sont des enjeux devenus communs et les enfants sont les plus vulnérables face à ces messages de haine. Face à ces menaces, c’est un devoir d’offrir notamment aux plus jeunes, les compétences pour s’armer de bienveillance et se construire un futur apaisé et confiant.

Voir l’article complet

« Des jeunesses engagées », quand la caméra filme l’implication de quatre jeunes pour leurs quartiers

Dans le film documentaire Des jeunesses engagées, quatre jeunes vivant en banlieue parisiennes racontent face caméra leurs parcours, leurs actions et leurs motivations. Déterminés, ils ont décidé de s’engager avec peu ou pas de moyens, en s’appuyant sur les solidarités de quartier : Aboubakar Sakanoko a créé une radio locale pour donner la parole aux habitants des quartiers populaires, Khalissa Houicha organise des maraudes dans Paris, l’association Nuage de Bakary Soukouna veut créer du lien et faciliter l’insertion professionnelle des jeunes, tandis qu’Abdellah Boudour propose une « dictée des cités » dans plusieurs quartiers populaires. Autant de projets que Camille Clavel, le réalisateur, nous invite à rencontrer pendant 52 minutes.

Voir la suite de l’article

Apprendre au XXIᵉ siècle » : un pari sur l’intelligence collective

Il est grand temps que l’apprentissage de la curiosité l’emporte sur celui de la soumission. Tel est le « credo » sur lequel repose Apprendre au XXIᵉ siècle, l’importante et passionnante contribution que François Taddei vient d’apporter à la réflexion sur l’avenir de l’école et les enjeux de la connaissance. Si l’on veut progresser vers une « société apprenante », « où les apprentissages des uns facilitent ceux des autres », une « révolution de nos façons d’apprendre, en tout lieu et à tout âge » s’impose, juge-t-il. Le point sur les perspectives développées dans cet ouvrage.

Lire la suite…

100 000 enfants et adolescents s’expriment sur leurs conditions de vie, d’éducation et d’action et dialoguent avec des décideurs publics et associatifs

Les Francas, forts de leurs convictions, de leur expertise, celles de leurs organisateurs locaux et partenaires, entendent renforcer leur engagement pour que les conditions enfantines soient un fil rouge des préoccupations des acteurs éducatifs et à l’agenda politique des élus et des institutions.

Les Francas développent donc, depuis l’été 2018, les occasions et les espaces d’expression des enfants et des adolescents, afin de recueillir, fin 2019, l’expression de 100 000 enfants et adolescents sur leurs conditions de vie, d’éducation et d’action. Ils vont également s’attacher à ce que ces expressions soient effectivement entendues et prises en compte pour enrichir la qualité des Projets locaux d’éducation et celle des espaces éducatifs, et au-delà la qualité des politiques publiques à tous les niveaux territoriaux.

C’est ainsi que les Francas seront des porte-voix des enfants et des adolescents !

La dynamique 100 000 enfants et adolescents s’expriment et dialoguent avec des adultes a pour ambition aux niveaux local et départemental de :

  • Rendre lisible la capacité des enfants et des adolescents à porter un regard sur le monde dans lequel ils vivent, à exprimer leurs attentes et leurs besoins, à formuler des propositions pour améliorer leurs conditions de vie, d’éducation et d’action
  • Faire changer la vie quotidienne des enfants, des adolescents sur les territoires locaux, dans les structures éducatives, et ainsi contribuer à ce que les politiques publiques locales et nationales soient effectivement attentives dans leur conception et leur mise en œuvre à la situation et au bien-être de tous les enfants et les adolescents.

La Fédération nationale à partir des expressions capitalisée svia une plateforme numérique www.enfantsacteurscitoyens.fr (Cette plateforme en cours de construction seraouverte début 2019) analysera les expressions des enfants et des adolescents et rédigera un rapport sur les conditions de vie, d’éducation et d’action des enfants et des adolescentsqui sera rendu public et mobilisé pour alimenter les travaux de la Convention Ensemble pour l’éducation, fin 2019.

De vives voix…

Qui de mieux que les enfants et les adolescents eux-mêmes pour s’exprimer sur leurs conditions de vie et proposer des ressorts pour les transformer ? En 2018, les Francas lancent la démarche de Convention Ensemble pour l’éducation. Cette démarche intègre une dynamique singulière d’expression de 100 000 enfants et adolescents sur leurs conditions de vie, d’éducation et d’action. Chacun peut se saisir de cette dynamique « 100 000 » et la faire vivre, pour, avec les enfants et les adolescents, évaluer le projet éducatif territorial, redéfinir le projet éducatif de l’association ou enrichir le projet pédagogique du centre de loisirs… Mais sans doute aussi pour penser la ville ou le village de demain, contribuer à la construction citoyenne de l’Europe ou ouvrir des possibles pour un monde plus coopératif et solidaire.

Le dossier du dernier Camaraderie fait valoir que les enfants et les adolescents ont des choses à dire, sur ce qu’ils vivent, ce qu’ils entendent et voient. Il est par conséquent nécessaire de valoriser les initiatives prises au quotidien, dans des écoles et établissements scolaires, dans des centres de loisirs éducatifs, sur des territoires pour que des enfants et les adolescents soient entendus sur les sujets qui les concernent.

Retrouvez le numéro