Bénévolat : qui sont ces jeunes Français qui s’engagent ?

Aujourd’hui, de plus en plus de jeunes Français décident de donner de leur temps à des associations en tant que bénévoles. Un engagement parfois né d’un déclic. D’autres fois, poussé par un projet, philosophique ou professionnel. Mais presque toujours motivé par l’idéal d’un monde un peu meilleur.  Témoignages croisés.

Lire la suite

Positionnement du CNAJEP sur la diversité des engagements

S’engager, partager des temps forts entre bénévoles, contribuer à la vie en société, apprendre en faisant, prendre des responsabilités…tout cela fait la force de l’engagement des bénévoles et des volontaires. Pour que l’engagement garde ses valeurs fortes, il doit rester libre et volontaire. Il faut le préserver de toute obligation et le dégager de toute ambition uniquement quantitative.

Les caisses à savon de retour ?

Le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP) a pour mission de sauvegarder, classer et valoriser les archives privées du secteur de la jeunesse et de l’éducation populaire, qu’elles proviennent d’associations ou de personnalités ayant joué un rôle dans ce domaine.

Le PAJEP ne s’intéresse pas seulement aux archives papier traditionnelles, mais à toutes les archives, quel que soit leur support : photographies, affiches, enregistrements sonores, films et vidéos, documents numériques, etc.

Le bulletin n°17 de l’Adajep Infos vient d’être publié. Il est édité par l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire (Adajep). Ce bulletin fait la part belle aux Francas à travers les courses de caisses à savon.

Lire le bulletin

Rythmes scolaires : L’ORTEJ et l’argumentaire de JM Blanquer

Selon l’Ortej (Observatoire des Rythmes et des Temps de vie des Enfants et des Jeunes), « Les études démontrent le non fondé de la semaine de 4 jours ». Pour François Testu, président de l’ORTEJ, qui tenait colloque le 27 novembre, il n’y a pas de débat sur la nocivité du retour à la semaine de 4 jours, particulièrement pour les enfants des familles défavorisées. Pourtant JM Blanquer avance qu’il n’y a pas d’études prouvant la supériorité de la semaine de 4 jours et demi sur celle de 4 jours, voire que des études affirment que la seconde est supérieure en terme de réussite scolaire à la première.  D’où le ministre tire-t-il  cela ? Doit-il revoir son argumentaire ?

Lire l’article entier et argumenté