La fessée est interdite dans 51 pays… mais pas en France !

La Suède a été le premier État à légiférer contre les châtiments corporels sur les enfants, désormais interdits dans la majorité des pays d’Europe. En France, la mesure a été censurée par le Conseil constitutionnel.

Voir aussi :
Un article de Daniel Delanoë paru dans la revue l’Autre en 2015 « Les châtiments corporels de l’enfant, une forme élémentaire de la domination« 

Un article de Catherine Malval paru en décembre 2016 dans Libération « A partir de 2017, on ne fesse plus« 

Conseil de l’Europe, Assemblée parlementaire. Recommandation 1666. Interdire le châtiment corporel des enfants en Europe ; 2004.

Conseil de l’Europe. Commissaire aux droits de l’homme. Les enfants et les châtiments corporels : « le droit à l’intégrité physique est aussi un droit de l’enfant » ; 2009.

ONU. Convention Internationale des Droits de l’Enfant. 1989.

Rythmes scolaires : L’ORTEJ et l’argumentaire de JM Blanquer

Selon l’Ortej (Observatoire des Rythmes et des Temps de vie des Enfants et des Jeunes), « Les études démontrent le non fondé de la semaine de 4 jours ». Pour François Testu, président de l’ORTEJ, qui tenait colloque le 27 novembre, il n’y a pas de débat sur la nocivité du retour à la semaine de 4 jours, particulièrement pour les enfants des familles défavorisées. Pourtant JM Blanquer avance qu’il n’y a pas d’études prouvant la supériorité de la semaine de 4 jours et demi sur celle de 4 jours, voire que des études affirment que la seconde est supérieure en terme de réussite scolaire à la première.  D’où le ministre tire-t-il  cela ? Doit-il revoir son argumentaire ?

Lire l’article entier et argumenté