Facebook : une mère risque une amende de 10 000 € si elle n’arrête pas de publier des photos de son fils

La mésaventure vécue par cette mère de famille en Italie devrait vous faire réfléchir à deux fois avant de publier des photos de vos enfants sur les réseaux sociaux, surtout sur Facebook. Après avoir publié régulièrement des photos de son fils de 16 ans contre son gré, la mère de famille aurait pris le risque d’avoir une amende de 10 000 euros.

Voir l’article sur le droit à l’image

Érotisme, torture, cannibalisme… La face cachée des comptines françaises

Marie Antoinette with a Rose, 1783 (oil on canvas) – Vigee-Lebrun, Elisabeth Louise (1755-1842) – Chateau de Versailles, France

Pourquoi dissimuler un double discours effronté derrière des couplets apparemment si légers et anodins? C’est un bon moyen de faire passer des messages satiriques, critiques sociales ou encore allusions libertines sans risquer la censure. Et après tout, les enfants n’y comprennent rien. Mais vous, continuerez-vous à chanter ces comptines comme avant?

Voir la suite

Violenter un enfant, c’est le marquer pour longtemps

Parce que… Crier, frapper, faire du chantage, pincer, gifler, tirer les cheveux ou les oreilles, humilier, donner une fessée, punir, priver, minimiser ses émotions, insulter… c’est marquer son enfant pour longtemps.

Parce que les violences éducatives sont encore majoritairement considérées comme légitimes par les Français, alors que les preuves scientifiques des répercussions médicales et sociales de ces violences s’accumulent…

Lire la suite

l’Observatoire national de la protection de l’enfance

L’association des missions d’observation quantitative, de promotion des bonnes pratiques et de soutien à la recherche qui caractérise l’ONPE est unique en Europe. Si l’on retrouve certains de ces axes au sein d’instances étrangères, comme l’Observatoire suisse de la mal-traitance envers les enfants, l’Observatoire de l’enfance, de la jeunesse et de l’aide à la jeunesse (Oejaj), en Belgique, ou encore le Deutsches Institut für Jugendhilfe und Familienrecht (Dijuf), en Allemagne, seul l’ONPE (Observatoire national de la protection de l’enfance) présente la particularité d’associer ces trois dimensions d’analyse.