Conflit de loyauté : si je travaille bien à l’école, vais-je trahir mes parents ?

« Pour certains enfants, les cultures familiale et scolaire sont si différentes qu’elles peuvent conduire à un dilemme : l’enfant a l’impression de trahir les siens s’il s’approprie le savoir de l’école. »

Ce qui est dit pour l’école, s’applique aussi dans les activités de temps libre…

Voir l’article et une vidéo

Colloque « école et droits de l’enfant »

Quand on évoque les droits de l’enfant, de quoi parle-t-on réellement ? Derrière cette expression qui se voudrait galvaudée, quels sont, de fait, les sens de cette notion ?

Ils se déclinent, et ce tout particulièrement depuis 1989, selon deux axes : celui de la protection et celui des libertés. En effet, la Convention internationale des droits de l’enfant pose, en lien avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme , la notion de protection spéciale due à l’enfant, d’ « intérêt supérieur » de celui-ci. Sa sécurité, sa santé, son intégrité – physique et morale – doivent être protégées. Parallèlement, ou plutôt concomitamment à cette protection, la défense des libertés de l’enfant est posée d’une façon explicite, que ce soit dans les domaines de l’expression, de la pensée, de la recherche d’informations ou encore de son origine culturelle propre.

Voir le programme

Une forte augmentation de l’activité des accueils périscolaires

La réforme des rythmes éducatifs mise en place à partir de la rentrée 2013 a induit une forte augmentation de l’activité des accueils périscolaires déclarés auprès des services du ministère en charge de la jeunesse. Ainsi, on estimait à 2,6 millions le nombre de places ouvertes à des mineurs âgés de moins de 12 ans sur le temps périscolaire au cours de l’année 2015-2016, contre seulement 840 000 trois ans auparavant. Au cours de l’année scolaire 2015-2016, la moitié des communes pourvues d’une école disposaient aussi d’un accueil périscolaire à destination des mineurs âgés de moins de 12 ans ; 86 % des élèves des classes maternelles ou élémentaires étaient scolarisés au sein d’une de ces communes.

Voir la publication