La participation associative des jeunes en Italie et en France

Une recherche portée par l’INJEP et l’Université de la Vallée d’Aoste en partenariat avec l’Université Paris Descartes et le CERLIS-CNRS UMR 8070.
Cet ouvrage analyse la participation associative des jeunes en Italie et en France dans le contexte européen contemporain. Après en avoir dessiné les caractéristiques principales, cette recherche approfondit les questions suivantes : les inégalités sociales qui conditionnent la participation politique sont-elles encore effectives dans la participation associative ? Les jeunes perçoivent-ils les associations comme des espaces d’expérimentation politique alternatifs à la politique traditionnelle ?

Voir la vidéo de présentation

La pauvreté des enfants à la naissance en France. Résultats de l’enquête Elfe

Qu’est ce qu’être pauvre à 2 mois ? B Castillo Rico, M Leturcq et L Panico (INED) montrent qu’à coté de la pauvreté monétaire existe une pauvreté « parentale ». L’enquête ELFE établit plusieurs critères de pauvreté. A coté de critères matériels comme les conditions de logement (présence de moisissures, absence d’eau chaude par exemple), elle prend en compte l’implication parentale : ne chanter que rarement avec l’enfant, lui parler rarement, avoir rarement un contact peau à peau, lire des livres etc. 17% des enfants connaissent la pauvreté matérielle mais 24% la « pauvreté parentale », celle où l’implication parentale est insuffisante alors que la pauvreté monétaire ne touche que 13% des enfants.

Lire l’article ou le rapport

La participation des jeunes enfants aux activités périscolaires est liée au milieu social et au territoire

Selon l’Insee, la fréquentation des activités périscolaires, de la cantine ou d’un centre de loisirs par les enfants âgés de trois ans et demi est liée à leur milieu social. La commune d’habitation joue également un rôle. Les enfants de trois ans et demi des classes sociales défavorisées et ceux vivant loin des centres urbains profitent moins des activités périscolaires. C’est ce que révèle l’Insee dans son étude « France, portrait social, édition 2020 », présentée le 3 décembre 2020.

Mais au fait, pourquoi s’intéresser à la question de l’accès des jeunes enfants aux temps péri et extrascolaires ? L’Insee s’appuie sur les travaux du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) qui a forgé le concept de « temps et lieux tiers », soit « la sphère des pratiques autres que celles de la vie en famille et des apprentissages scolaires ». Or l’existence de cette sphère serait « primordiale pour le développement personnel des enfants, la socialisation avec les pairs et les adultes et l’affirmation de soi ». En outre, « le bien-être et la socialisation précoce des enfants, auxquels œuvrent des professionnels autres que les enseignants – agents socioéducatifs et médicaux – sont importants pour leur parcours ultérieur de vie ».

Lire la suite qui valide les projets Francas de projets éducatifs de territoire

L’année 2020 vue par les enfants : «Je n’irai pas jusqu’à dire qu’on était comme en prison mais bon…»

Que retiennent les plus jeunes de l’année écoulée ? Des souvenirs plus ou moins joyeux, malheureusement toujours liés au Covid-19. «Qu’est-ce qui t’a le plus marqué en 2020 ?» A cette question, les enfants interrogés par Libération n’ont pas eu besoin de fouiller longtemps dans leur mémoire pour en extirper leur réponse: un souvenir, à chaque fois lié à la pandémie. Un anniversaire sans les copines, des grands-parents qu’on ne peut plus embrasser, l’école à la maison, le port du masque, le décompte des victimes du Covid aux informations… les enfants racontent leur année chamboulée.

Lire les témoignages

La laïcité à l’usage des éducateurs

Associations d’éducation populaire, complémentaires du service public d’éducation, les Ceméa, les Francas et la Ligue de l’enseignement souhaitent, en créant ce site, aider l’ensemble des éducateurs à mettre en œuvre, dans l’école comme dans la cité, une laïcité qui apprenne à vivre ensemble, au sein de la République, dans le respect réciproque des personnes quelles que soient les convictions philosophiques, religieuses ou politiques de chacun, tout en favorisant l’appropriation des valeurs collectives sur lesquelles se construit un destin commun.

Voir le site qui apporte des réponses très concrètes