Grand jeu en ligne !

Dans un contexte national de confinement, l’équipe des Francas de l’Ain propose un parcours d’activités en ligne, à réaliser seul(e), entre ami(e)s ou en famille, pour les enfants comme pour les adultes !
À partir du mercredi 18 mars, nous proposerons ici :
– le lundi : un défi du CyberR@llye
– le mardi : un sujet d’échanges Graines de Philo
– le mercredi : une activité manuelle autour du développement durable
– le jeudi : une activité d’expression sur les droits de l’enfant
– le vendredi : une activité autour de l’astronomie
– et le week-end : un super défi !

Nous attendons vos retours avec impatience !

Voir sur FaceBook

Pour les personnes qui ne peuvent pas ou ne veulent pas s’inscrire sur FaceBook, les réalisations et les commentaires peuvent se faire ici :
https://padlet.com/francasra/Francas01
avec le mot de passe  francas01

« Les projets éducatifs des territoires sont en jachère »

L’appel de Bobigny, lancé en 2010, avait soulevé un vent d’espoir chez les acteurs de l’éducation dans les collectivités territoriales. Mais les grandes idées de la loi de Refondation de l’École de la République, qui collaient à l’esprit de l’appel, sont progressivement remises en cause. RFVE, par la voix de son président, entend rappeler que l’éducation de proximité, au sens large, est un enjeu cardinal.

Lire le point de vue de Damien Berthiller, président du RFVE (Réseau Français des Villes Éducatrices)

Le défi du crâne brisé, ce nouveau challenge des cours d’école qui inquiète les autorités

C’est un phénomène mondial qui inquiète à la fois les personnels d’établissements scolaires et les autorités, tant les dangers sont grands. Les gendarmes mettent en garde les adolescents (et leurs parents) sur la recrudescence d’un jeu extrêmement dangereux dans les cours d’écoles, qui est source d’un « danger de traumatisme crânien, voire de mort », soulève la gendarmerie de la Haute-Garonne sur Facebook.

Voir l’article complet

La puissante lettre d’un directeur de lycée milanais à ses élèves

Les autorités italiennes ont fermé les écoles, mais le virus le plus dangereux ne s’appelle pas Covid-19: c’est celui qui, porté par la peur, empoisonne les rapports humains. Prenant appui sur Manzoni, Domenico Squillace, directeur du lycée technique Volta à Milan, a écrit à ses élèves. Sa lettre a fait le buzz. Un délicieux antidote à la panique.

Voir la lettre traduite en français