Seuls 5% des enfants pauvres vont à la crèche: le Plan Macron changera-t-il la donne?

À 4 ans, un enfant pauvre a entendu en moyenne 30 millions de mots en moins qu’un enfant de famille aisée[i]. Mais seuls 5% des enfants pauvres ont la crèche comme mode de garde principal[ii]. On comprend pourquoi Emmanuel Macron a tant mis en avant la petite enfance dans le Plan pauvreté annoncé le 13 septembre[iii] : c’est avant l’âge de 3 ans que nous pouvons le mieux prévenir la pauvreté des futurs adultes.

Voir l’article

Aperçu de la pédagogie Freinet aujourd’hui, à travers les invariants

Les invariants pédagogiques datent de 1964, le mouvement Freinet s’était rendu compte alors que les conseils techniques qu’il apportait risquaient non seulement d’être insuffisants, mais d’égarer et de décourager les nouveaux venus.

« C’est une nouvelle gamme des valeurs scolaires que nous voudrions ici nous appliquer à établir, sans autre parti pris que nos préoccupations de recherche de la vérité, à la lumière de l’expérience et du bon sens.Sur la base de ces principes que nous tiendrons pour invariants, donc inattaquables et sûrs, nous voudrions réaliser une sorte de Code pédagogique. »

Les invariants pédagogiques dans leur intégralité dans la revue Bibliothèque de l’ÉcoleModernen° 25 :  http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/18353

Voir l’article dans sa version réduite

La protection des mineurs sinistrée

À l’heure où le gouvernement annonce son intention de créer un code de la justice pénale des mineurs et lance la création de vingt nouveaux centres éducatifs fermés, l’ultime sanction avant la prison dans l’échelle pénale, le volet protection de l’enfance en danger apparaît sinistré. Or, en matière de justice des mineurs, les professionnels s’accordent sur le fait que la sanction pénale est souvent décidée quand une sanction éducative a échoué, celle-ci intervenant fréquemment en raison d’un échec de la prévention.

Lire l’article complet