Illectronisme : les bibliothèques face à l’illettrisme numérique

Près d’un quart des français sont mal à l’aise avec le numérique. Comment lutter contre la fracture numérique ? La Médiathèque départementale de l’Eure et Normandie Livre & Lecture organisent une journée d’étude sur l’illettrisme numérique. Cette journée s’insère dans le cadre des Journées nationales de lutte contre l’illettrisme portées par l’ANLCI (Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme).

Voir la formation

« Deux ou trois choses que je sais (peut-être) de la pédagogie »

« Ce texte s’efforce de montrer comment ont émergé, pour l’auteur, deux convictions fondatrices – l’éducabilité de toutes et tous et l’irréductibilité de l’engagement de chaque sujet dans ses apprentissages – et comment des connaissances se sont articulées à ces convictions, en une dialectique féconde ». Philippe Meirieu publie sur son site un important article qui correspond aux interrogations de la rentrée. Le texte « souligne, enfin, que l’ensemble de ce discours n’est possible qu’en admettant l’existence d’un « point aveugle » qui renvoie à un « ce que je crois » irréductible : que l’éducation peut encore quelque chose pour l’avenir du monde ». Ce que je crois…

Voir le site et le texte

Janusz Korczak : le droit de l’enfant au respect

Janusz Korczak, de son vrai nom Henryk Goldszmit, naît à Varsovie1le 22 juillet 1878, de Cecylia Gebicka et de Joseph Goldszmit, écrivain et avocat célèbre. Henryk porte le nom de son grand-père Hirsh Goldszmit, mort en 1874. Fils d’un vitrier, Hirsh, chef éclairé de la communauté juive de la ville, exerçait en qualité de médecin-chef de l’hôpital juif. Il militait pour le Haskalah, Le Mouvement juif pour le progrèsqui encourageait les juifs polonais à s’intégrer au monde moderne. Il donna une éducation laïque à ses cinq enfants. Deux de ses fils, Jacob et Joseph, le père d’Henryk, poursuivirent son action intégrationniste. Ils tentaient au quotidien de rapprocher les communautés juive et polonaise et luttaient en permanence contre les clivages qui les séparaient. Tous deux, écrivains et juristes, privilégiaient l’écrit pour éduquer et pour élever le niveau des consciences, avec l’appui de l’intelligentsia libérale juive et polonaise de l’époque.

Voir l’article entier

Non, les jeunes ne sont pas de plus en plus violents ! Dix idées reçues sur la délinquance des mineurs

Les « jeunes délinquants » seraient plus violents, moins punis que leurs aînés. La justice serait à leur égard indulgente, lente, inefficace. Autant de préjugés non confirmés par les faits. Alors que la ministre Nicole Belloubet envisage de réformer par ordonnance la justice des enfants – donc sans débat parlementaire – voici dix idées reçues démontées par des professionnels du secteur.

Ce texte est issu du guide « Idées fausses sur la justice des mineurs : déminons le terrain ! 10 réponses pour en finir avec les préjugés ».

Voir l’article complet

L’engagement actuel ou passé des conseillers dans des conseils de jeunes

INJEP et le Laboratoire CNRS LEST lancent une étude sur l’engagement actuel ou passé des conseillers dans des conseils de jeunes !

Le Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST-CNRS et Aix Marseille Université), avec l’appui de l’Institut National pour la Jeunesse et l’Éducation Populaire (INJEP), s’engage dans une enquête nationale visant à dresser le profil sociodémographique des conseillers et conseillères engagés dans des conseils de jeunes, quel que soit l’échelon territorial. Cette enquête vise à étudier les motivations des conseillers à s’engager sur leur territoire, leur rapport aux institutions et les types de compétences acquises.

Voir l’article pour participer